Erreur #:
Traitement encours......

Les ressources humaines au coeur du dévéloppement

Trouvez votre nouvel emploi aujourd'hui
Document sans titre
Espace Candidat

Retrouvez nous

Facebook BCEIP

Les dernières offres

Localisation

Pour nous joindre 
---------------------
Tél : (224) 631 40 44 01
(224) 631 40 49 55
(224) 631 40 45 75
Boîte Postale : 1850 Conakry, 
République de Guinée


Email : 
bceip@groupebceip.com

 

La SIMI et l'habitat en zone minière

1° Contexte de la création et de l’évolution des cités minières   

Depuis le début de l’exploitation industrielle des mines en Guinée, le pays a connu l’implantation d’un embryon de villes qui se sont structurées au fil du développement de l’activité. Au regard de l’importance des ressources minérales dont recèle son sous-sol reparties sur les quatre régions naturelles, ce secteur s’impose comme le moteur du développement économique, avec son corollaire, le déplacement des populations autour de cette activité génératrice de revenus divers. Avec l’ouverture de nouvelles mines dans les années à venir (sept concessions minières à ce jour), cette tendance ira en se multipliant pour donner à la Guinée l’opportunité de créer de nouvelles villes agrégeant plusieurs types d ‘activités économiques. C'est pour cette raison que j'ai créé la Société Immobilière  pour les Mines et l'Industrie (SIMI) Une réflexion pour l’action sur le devenir de ces villes est engagée d’ores et déjà par la Société Immobilière pour les Mines et l’Industrie – SIMI- Sa vocation est de s’impliquer en partenariat avec les sociétés minières, à la réalisation de tous les travaux d’architecture, de génie et d’assainissement pour le développement  d’un habitat approprié destiné au bien être des travailleurs des mines et de leur environnement. 

 

2° Quel avenir pour les cités minières ?

Les cités minières constituent les empreintes de l’histoire économique et sociale des villes qui les abritent si elles ne sont pas à l’origine de leur création. La transmission de l’avenir de ce patrimoine répond-il aux  besoins :

  • de demande de logements décents des travailleurs des mines ?
  • de politique de développement urbain ?

Pour ce faire, quel doit être le rôle des sociétés minières, les pouvoirs publics et locaux, les acteurs immobiliers ? Tel est l’exposé de cette présentation qui pose la question de la nécessité de la création, de l’évolution du rôle des cités minières dans le  développement des villes et communes de la Guinée. Le potentiel minier de la Guinée avéré est important, son sous-sol  est très riche en bauxite estimé à plus de 20 milliards de tonnes, de fer plus de 10 milliards de tonnes, or quelques milliers de tonne, diamant plusieurs millions de carats et recèle d'importants indices de calcaire, de métaux de  base, d’uranium, de  platine  etc. Ces ressources minérales variées et importantes, reparties sur tout le territoire,  constituent  un atout majeur pour son développement économique et social pour plusieurs générations de guinéens.  

3° Problématique du développement social dans l’industrie minière

Le développement des villes moyennes en guinée incitera la mobilité des populations jeunes en quête de revenus et suscitera l’évolution de l’habitat dans les décennies à venir parce que porteur d’une capacité d’offre importante d’emplois. Il sera surtout appuyé d’une capacité d’investissement importante pour les travailleurs. C’est pourquoi, dans l’optique d’un essor économique durable, le gouvernement a inscrit à travers  les sociétés minières, le développement communautaire,  en particulier en matière d'approvisionnement en eau potable, en électricité ; la prise en compte de l’éducation et de la santé dans un habitat décent et confortable dans les zones d’exploitation minière. Cependant, c’est à  ce titre principal que toutes les cités créées jusqu’à présent, l’ont été par les sociétés minières au détriment de l’activité principale d’extraction et de transformation des produits miniers. Généralement, la croissance en matière de main d’œuvre est plus rapide que la croissance des réceptifs. L’insatisfaction de la demande de logements se traduisant rapidement par une dégradation de la qualité des bâtiments, il s’impose alors la nécessité d’une planification de  l'implantation de ces cités qui conditionne le développement ultérieur de la ville. Or, la recherche d’un environnement urbain de qualité, les préoccupations en matière d’urbanisme et d’aménagement de l’espace constituent un souci de réflexion en matière de politique de l’habitat et de peuplement loin des préoccupations des sociétés minières. Dans le domaine des infrastructures, les sociétés minières disposent de ressources très importantes dont la gestion pourrait être assurée à la fois par les sociétés minières et le secteur privé. Cette collaboration avec différents partenaires privés, notamment les secteurs de l’immobilier, de l’électricité, de l’eau et autres, impulserait le développement en vue d’améliorer l’environnement social de la population en Guinée en général et celui des travailleurs des mines en particulier. 4° Perspective pour une offre de service immobilier privé aux sociétés minières. La décision de construire une cité répond à des motivations bien précises,  clairement exprimées :
  • compenser le déficit des logements offerts par la localité                    
  • rapprocher la main d’œuvre du site d'exploitation pour mieux la fixer
  • ou encore loger les différentes catégories de travailleurs.
A l’image de Fria (Péchiney), Kamsar (CBG)  et à un degré moindre Banankoro (Arédor), Koron (SAG) et Léro (SMD), les cités minières sont  des villes de taille moyenne bien organisées et aménagées. Elles disposent, d'un accès permanent à l'électricité et à l'eau courante, en plus des logements,  elles disposent également des écoles, des maisons de culte, des coopératives, des cantines, salles des fêtes, complexes sportifs, des hôpitaux et des dispensaires, foyers et centres de loisirs pour une population de niveau culturel au dessus de la moyenne nationale. En raison du niveau de vie de cette frange de la population, il vient se greffer rapidement une population attirée par le mirage des services rendus aux travailleurs miniers qui crée des bidonvilles. En conséquence, faute de plan directeur de développement de la ville, naît dans son environnement immédiat un  habitat  précaire source de conflits fréquents. L’enjeu de l’habitat des  cités ouvrières dans les mines  consiste à créer les conditions permettant de passer d’une logique de base vie des travailleurs  à une véritable démarche d’intégration, de renouvellement urbain et social dans et autour des cités minières. Pour ce faire, un certain nombre de services ont été identifiés, en partenariat avec les citoyens, les autorités locales (CRD, Sous-préfecture), les services de l’Etat et de la Région, (Préfectures, Gouvernorat), pour initier des actions en matière de restructuration urbaine, de développement social, de politique de l’habitat en zone minière. Les offres de services visent notamment :
  • l’aménagement de domaines en parcelles assainies ;
  • la réalisation de logements de différents standings et espaces verts ;la promotion d’assiettes foncières à bâtir ;
  • la réinstallation des populations à déménager des concessions minières ;
  • la négociation entre employeurs et employés des sociétés minières,
  • la faisabilité et la réalisation de l’habitat décent pour le travailleur ;   
  • la gestion des cités etc.